Index | S'inscrire | Se connecter | Recherche | Aide | FFWorld.com
Vous n'êtes pas connecté


 Thémas > Le prix de la culture

 Répondre à ce sujet | Format imprimable, PDF | Pages : 1 2

Auteur Message
Ice Queen

27.06.2006 @ 21:16

Citer
Le prix de la culture


Citation de killuja :

*Ils préfère s'avachir devant TFmerde qui vend aux publicitaires 'du temps de cerveau libre' (cf son PDG).*

Héhé, oui, j'ai bien suivi l'article en direct du FLT (Front de Libération Télévisuelle), avec les fameuses réactions des concernés révoltés (une vingtaine), qui sont allés déposer des cervelles de veaux au-devant des locaux de TF* XD (Un petit bijou cette réac'! J'y serais bien allé ! )

Citation : *Quand on veut, on peut trouver...*

Pour une fois, nous sommes d'accord

Si je dois poster un avis plus perso, je dirais qu'à jouer de son orgueil lors d'un achat, on peut très bien tomber sur du cher de bonne qualité que sur du cher de mauvaise qualité, tout dépend ce qu'on vise réellement, (comme l'a dis Eova) cad la possession ou la culture avec un grand C.

*La culture c'est comme la confiture ; moins on en a, plus on l'étale ! ^^*
Dragonik

27.06.2006 @ 22:46

Citer
Le prix de la culture


je vois tout le monde tourner autour du concept de "culture",mais personne n'a donné de définition,je vais donc m'occuper de cette tache:

culture:ensemble des operations propres a tirer du sol les vegetaux...........euh..
nan zut c'est l'autre definition
Developpement de certaines facultés de l'esprit par des exercices intellectuels appropriés.
par extention:ensemble des connaissance acquises qui permettent de developper le sens critique,le gout,le jugement.
Chaqu'un comprendra ce qu'il comprendra,
pour ma part je suis un nain-culturé,
(mmmmh d'avoir vu La coline a des yeux ca me rend de tres bonne humeur)

une ptite citation de Herriot:
"la culture ,c'est ce qui reste quand on a tout oublié"
je comprend pas ce que ca veux dire,
mais ce Herriot devait certainement etre tres cultivé.

---
Edité par Dragonik
la hyene



28.06.2006 @ 11:37

Citer
Le prix de la culture


Je rejoins dragonik au sujet de la définition de la culture, qu'est ce qu'on entend par culture? La définition qu'il en donne est juste mais large, très large. Tout dépend ensuite, je pense, de son interlocuteur.

Ma définition de la culture : c'est pouvoir discuter avec n'importe qui de n'importe quoi. Je suis souvent frustré de m'interesser à differents thèmes et de ne pas pouvoir les partager, confronter mes opinions, ou tout simplement manipuler ce que j'ai acquis pour en avoir une meilleure maitrise. Bon c'est pas un drame en soi, parce que ca ne nuit pas à ma curiosité mais bon... Ca me rappelle lorsque je lisais l'art de la guerre de sun tze et qu'on me retorquait : "mais la guerre c'est mal!!" (je caricature mais pas tant que ça).

Dans la continuité de ce que j'écris, je pense que la culture ca se partage, s'échange. Tout peut être considéré comme de la culture. Pouvoir lors de soirée, passer de groupe en groupe et discuter avec l'un de foot et l'autre de psychanalyse (par exemple) me fait kiffer. Je pense que l'essentiel est de ne pas s'enfermer dans des jugements de valeur, de rester ouvert à ce qui nous interesse que cela soit considérer comme de la sous culture ou de la grande culture. C'est comme la "bonne musique", faudra qu'on m'explique par ce que ça varie d'une personne à une autre, avec un consensus sur le coté commercial ce que je trouve tristement politiquement correct, voire même stupide, genre ca passe à la radio ou télé donc c'est de la merde. L'essentiel est de prendre du plaisir et de rester curieux.
Ice Queen

28.06.2006 @ 17:38

Citer
Le prix de la culture


Citation de la hyène : *C'est comme la "bonne musique", faudra qu'on m'explique par ce que ça varie d'une personne à une autre, avec un consensus sur le coté commercial ce que je trouve tristement politiquement correct, voire même stupide, genre ca passe à la radio ou télé donc c'est de la merde.*

Je ne suis pas d'accord ; la radio et la télé font partie de la vie courante pour des millions d'utilisateurs, et qui dit "masse" dit "culture de masse" ; rien ne dénote une originalité à écouter du Lorie ou du Marilyn Manson, et c'est justement ce qui souvent me permet de faire la distinction du "commercial" cad de ce qui est créé pour la masse et qui s'achète par la masse, du "non commercial" cad de ce que l'on ne va pas te forcer à regarder/écouter/apprécier/acheter par les "moustiques de la consommation" ; selon moi faire le distingo dénote un sens critique plus poussé, bien qu'encore tout le monde n'en est pas forcément capable.
Mais toi seul est détenteur de ton libre arbitre ; il ne faut en rien se sentir accusé d'aimer un truc plebiscité ou soit disant dit haut de gamme avec le risque d'en changer pour ce seul prétexte.
Pour conclure, il faut savoir écouter de la bonne musique et la reconnaître quand on l'entend, mais avant tout, il faut savoir S'écouter.

Citation : * L'essentiel est de prendre du plaisir et de rester curieux.*

Là je suis d'accord.
Jonah


Enjoy your stay

29.06.2006 @ 00:05

Citer
Le prix de la culture


C'est comme les émissions culturelles sur les chaînes hertziennes.
Soit c'est trop, soit c'est pas assez. Où se trouve donc le juste milieu ?
La chaîne Histoire, gavante de Rome, d'Egypte, d'Incas, de Préhistoire, ou parfois, plus dans l'air du temps, d'hommes politiques du siècle dernier ; ou bien TF1 et son tout nouveau magazine «Histoire contemporaine» (leur premier numéro, 'Les années Mitterrand', était fichtrement pas mal du tout), placé dans les grilles des programmes à l'heure où les bébés dorment déjà depuis longtemps, les jeunes sont en boîte, les moyens sont au lit épuisés par une journée harassante et les vieux se sont endormis devant «En quête de vérité», nouveau programme de Bataille et Fontaine ?
Les émissions culturelles sur les chaînes regardées par la majorité, outre notre lullaby internationale, j'ai nommé «Thalassa», sont très rarement placées dans les heures de grande écoute. Sauf, par exemple, pour l'anniversaire de la fin d'un drame particulier, comme la Shoah. D'ailleurs, le célèbre film «Shoah» (1985) de Claude Lanzmann, en quatre parties étant donné ses neuf heures et trente minutes, avait carrément été diffusé pendant la nuit, comme ça, hop, on remplit confortablement les douze heures d'apparition de la Lune en ayant bonne conscience de diffuser un film documentaire. Mais à moins d'avoir quelques cassettes et un magnétoscope costauds, impossible de tout regarder. Techniquement et moralement. Moi-même après quatre heures de suite, une nausée m'a attrapée devant ce film où le pouvoir des mots est terrible et celui des images atroce. On ne peut pas regarder un pareil film d'un coup.

Tout ça pour dire que l'effort de la culture pour chacun ne doit pas venir que des prix des magazines. Même quand le film «Marie Antoinette» (notez le non trait d'union qu'a imposé Sofia Coppola) a fait vendre plus de magazines «Histoire» en un mois qu'en un an de parutions.
killuja


Chihi Star

29.06.2006 @ 15:01

Citer
Le prix de la culture


Sinon, la Cinquième propose des reportages très intéressants. Souvent en zappant, je tombe sur des trucs géniaux, la dernière fois c'est des explications sur l'aéronautique, son histoire etc.
la hyene



30.06.2006 @ 09:26

Citer
Le prix de la culture


Ice queen : "rien ne dénote une originalité à écouter du Lorie ou du Marilyn Manson", c'est là où j'ai un peu de mal, je n'écoute pas de la musique pour faire original mais parce qu'elle me plait, il y a quelques morceaux de marylin manson que j'aime bien et donc je vais les écouter même si c'est jugé commercial. Mais la suite de ton post va deans le sens de ce que j'ai ecris précédement donc ^^.

C'est que le côté culture de masse me dérange, ce n'est pas parce que tout le monde aime que je vais me détourner de l'oeuvre ou du produit (faut qd même rester réaliste). Prenons Harry potter, au début ca a marché par le bouche à oreille puis c'est devenu un monstre commercial, au début j'étais sceptique mais j'ai vite accroché une fois le premier tome lu, et ca me fait hyper plaisir de rencontrer plein de gens qui l'ont lu et de pouvoir en parler. Donc la culture de masse ce n'est pas toujours négatif.

Mais si on parle de la stra ac, ben là je pense qu'on est d'accord, des reprises de chansons (que je trouve d'une platitude -_-') chantées par des jeunots et qui se vendent comme des petits pains, ouais là je me dis que la musique en prend un coup. Mais si un des ces jeunes gens venait à faire un album dont certains morceaux me plaisent, pourquoi pas?

Sinon pour revenir sur la question du prix de la culture, il faut souligner l'initiative des musées gratuits le premier dimanche du mois. J'ai pu grace à cela voir de superbes expositions, et puis me confronter à l'art moderne vis à vis duquel j'ai toujours eu du mal. Et gratuit forcément c'est pas cher ^^
killuja


Chihi Star

04.07.2006 @ 11:33

Citer
Le prix de la culture


Exact la Hyene, mais faut habiter sur Paris principalement. Voilà pourquoi j'aime la région parisienne moi, y a tout, il manque juste la plage XD
la hyene



04.07.2006 @ 20:01

Citer
Le prix de la culture


Ben killuja, si tu parles des musées, il me semble que c'est partout pareil, enfin je parlais en tout cas pour toulouse, mais je te rejoins qu'habiter dans une grande ville ça aide pour l'accès à la culture donc musées, médiathèques, bibliothèques en tout genre...

Et puis les trois quart des choses intéressantes se passent d'abord (quand ça bouge par la suite) à Paris : expo giger, miyazaki-moebius, la projection d'advent children, coupe du monde des jeux video (non, je parle pas de ce que j'aurai adoré voir, non, non). Après quand ton foyer est en rase campagne ben.... ^^"
Dragonik

05.07.2006 @ 17:47

Citer
Le prix de la culture


je dirais meme qu'elle est plus geographique que sociale(pensons par exemple aux petit villagezs pomés)
killuja


Chihi Star

07.07.2006 @ 14:08

Citer
Le prix de la culture


On ne peut pas tout avoir Dragonik !
skyjoe



16.07.2006 @ 22:26

Citer
Le prix de la culture


Toute petite contribution de ma part...


Discours de Federico Garcia Lorca à la population de Fuentes Vaqueros (Grenade), en septembre 1931


"Quand quelqu'un va au théâtre, à un concert ou à une fête quelle qu'elle soit, si le spectacle lui plaît il évoque tout de suite ses proches absents et s'en désole: "Comme cela plairait à ma soeur, à mon père!" pensera-t-il et il ne profitera dès lors du spectacle qu'avec une légère mélancolie. C'est cette mélancolie que je ressens, non pour les membres de ma famille, ce qui serait mesquin, mais pour tous les êtres qui, par manque de moyens et à cause de leur propre malheur ne profitent pas du suprême bien qu'est la beauté, l a beauté qui est vie, bonté, sérénité et passion.


C'est pour cela que je n'ai jamais de livres. A peine en ai-je acheté un, que je l'offre. j'en ai donné une infinité. Et c'est pour cela que c'est un honneur pour moi d'être ici, heureux d'inaugurer cette bibliothèque du peuple, la première sûrement de toute la province de Grenade.


L'homme ne vit que de pain. Moi si j'avais faim et me trouvais démuni dans la rue, je ne demanderais pas un pain mais un demi-pain et un livre. Et depuis ce lieu où nous sommes , j'attaque violemment ceux qui ne parlent que revendications économiques sans jamais parler de revendications culturelles: ce sont celles-ci que les peuples réclament à grands cris. Que tous les hommes mangent est une bonne chose, mais il faut que tous les hommes accèdent au savoir, qu'ils profitent de tous les fruits de l'esprit humain car le contraire reviendrait à les transformer en machines au service de l'état, à les transformer en esclaves d'une terrible organisation de la société.


J'ai beaucoup plus de peine pour un homme qui veut accéder au savoir et ne le peut pas que pour un homme qui a faim. Parce qu'un homme qui a faim peut calmer facilement sa faim avec un morceau de pain ou des fruits. Mais un homme qui a soif d'apprendre et n'en a pas les moyens souffre d'une terrible agonie parce que c'est de livres, de livres, de beaucoup de livres dont il a besoin, et où sont ces livres?


Des livres! Des livres! Voilà un mot magique qui équivaut à clamer: "Amour, amour", et que devraient demander les peuples tout comme ils demandent du pain ou désirent la pluie pour leur semis. - Quand le célèbre écrivain russe Fédor Dostoïevski - père de la révolution russe bien davantage que Lénine - était prisonnier en Sibérie, retranché du monde, entre quatre murs, cerné par les plaines désolées, enneigées, il demandait secours par courrier à sa famille éloignée, ne disant que : " Envoyez-moi des livres, des livres, beaucoup de livres pour que mon âme ne meure pas! ". Il avait froid ; ne demandait pas le feu, il avait une terrible soif, ne demandait pas d'eau, il demandait des livres, c'est-à-dire des horizons, c'est-à-dire des marches pour gravir la cime de l'esprit et du coeur. Parce que l'agonie physique, - biologique, naturelle d'un corps, à cause de la faim, de la soif ou du froid, dure peu, très peu, mais l'agonie de l'âme insatisfaite dure toute la vie.


Le grand Menéndez Pidal - l'un des véritables plus grands sages d'Europe - , l'a déjà dit: "La devise de la République doit être la culture". la culture, parce que ce n'est qu'à travers elle que peuvent se résoudre les problèmes auxquels se confronte aujourd'hui le peuple plein de foi mais privé de lumière. N'oubliez pas que l'origine de tout est la lumière.



Pixie

06.08.2006 @ 19:00

Citer
Le prix de la culture


j'ai lu beaucoup de choses interessantes dans les precedents posts et je vais essayer de donner avis clairement sur le sujet (oui certains le remarqueront j'suis pas souvent clair...)

la culture est un luxe dont tout le monde ne peut pas se permettre d'essayer d'obtenir.
le 1er probleme est comme cela est defini dans le sujet, le prix; aller au theatre, voir un bon film, acheter un CD, un beau livre ou un magazine developpant des sujets interessants est cher.
cela est du a plusieurs raisons a mon avis, la 1ere etant le cout de production, soyons clair une piece de theatre ça coute cher, faire un bon film aussi (eh oui les producteurs veulent que cela plaise a la majorite donc a des gens dont le niveau culturel n'est tres eleve et surtout qui vont aux cines pour se divertir).
pour reprendre l'exemple du debut entre glamour et geo, je suis quasiment sur que geo coute plus cher a produire que glamour.

un 2e probleme vient s'ajoute, les intellos n'ont pas forcement la cote.
je m'explique, une personne ayant plus de bagage culturel que ceux qui l'entoure sera perçu comme un intello (a juste titre ou pas) et le plus souvent mis a l'ecart
on peut s'interroge sur le fait mais là n'est pas le sujet

le prix de la culture est difficile a diminuer pour moi car pour cela il faudrait revoir entierement le systeme educatif pour les plus jeunes s'interessennt a la culture, les taxes sur divers produits et surtout promouvoir plus la culture et aide ceux qui desirent la partage

bon ce ne sont que quelques idees (et pas forcement bonnes) mais voila
wakka13



10.09.2006 @ 20:30

Citer
Le prix de la culture


Citation de Pixie

il faudrait revoir entierement le systeme educatif pour les plus jeunes s'interessennt a la culture, les taxes sur divers produits et surtout promouvoir plus la culture et aide ceux qui desirent la partage
Le système éducatif n'a pas grand chose a voir la dedans...

Un exemple: Moi. J'estime avoir une culture convenable en n'intérogeant que moi et sans comparer avec divers individu...Mais (eh oui il ya tjs un mais ^^) dés que je vais faire la comparaison avec des jeunes ayant eu le même cursus scolaire que moi, je me dis que ma culture est plûtot vaste...

Rien que pour citer l'exemple de la lecture, je vois que des lycéens ne savent toujours pas lire en SECONDE !! Pour moi savoir lire c'est pas trébucher sur un mot de + de trois syllabes...-_-

Rien que pour dire que tout le monde a la même chance au début en éducation (dans le principe...c'est inprécis je sais..) mais qu'il faut savoir prendre sa chance !!
SanT

14.09.2006 @ 03:01

Citer
Le prix de la culture


Apres avoir lis l'ensemble de vos postes, je dois dire qu'on est peut etre dans un faux discours. Je pense comme beaucoup que la culture n'est pas un produit de luxe et que si on veus se cultiver on y arrive. Car comme on dis, quand on veus, on peus. on cite l'exemple de cinémaet que les gens preferai aller se divertir que d'aller voir un film culturel. Comment vous expliquez que dans la plupart des multiplex (kinepolis, gaumont) les prix des séances avoisinent les 6-7euros, alors que dans la plupart des cinéma culturels (genre cameo) on tourne autour des 4-5euros. Et ensuite, on compare la fréquentation et on se rend bien compte que les gens ne souhaitent pas se cultiver et prefere aller mettre leurs tunes ds un navet américain.

ensuite pour les livres. De plus en plus d'éditeurs sortent des collections culturelles ou les prix sont très rabaissée, genre Taschen et sa collection artistique ou un livre consacrer à un auteur coute 6 euros, 9euros...

Pour la télé, c'est pareil et je le répete "france5" s'impose d'emblée si on veus se cultiver. c'est fini limage de la cinq ringarde. il y en a vraiment pour tous les gouts. Et des chaines comme LCI, Paris première, meme France3, Decouverte peuvent ere suivis d'un bonne oeil. ET puis on peus tendre l'oreille. La radio, ca existe non? Et maintenant les podcasts gratuit permettent également de se cultiver gratuitement.

Enfin pour finir, la plupart des expo sont accesibles à tous le mondes, de meme que les médiathèqe etc.. c'est pourquoi je dis que l'on es dans un faux discours. Si on veus se cultiver, on peus y arriver. apres faut voir aussi ce qu'on apelle culture....
Super Neo Tidus Fan 3000

20.10.2006 @ 07:53

Citer
Le prix de la culture


Ouais c'est bien beau tout ça, mais est-ce que ça en vaut vraiment la peine d'être cultivé ? N'est-on pas tout aussi heureux ou même plus en jouant à FFX comme moi qu'en écoutant des documentaires moralistes sur les hypo à sexualité ambigu de la typhoïde ?

Ça peux avoir l'air important pour certains d'en jeter avec son élocution et d'avoir toujours une citation à jeter, je préfère m'amuser sur un jeu con et pas cher ^^
wakka13



04.11.2006 @ 23:29

Citer
Le prix de la culture


Ouais mais il y a culture et Culture...Evidemment connaitre sur le bout des doigts le nombre de bébé que fait un requin par portée c'est pas essentiel...Mais on va pas me dire que ne pas comprendre c'est pas un malaise pour beaucoup de gens !
Lord of the Sephiroth



07.09.2007 @ 14:50

Citer
Le prix de la culture


Je suis assez loin d'être d'accord avec le fait que la culture est réservé à une élite (ou du moins à une élite financière).

"Quand on voit le prix des livres en librairie, ça dissuade tout de suite de se faire une culture personnelle (surtout que le nouveau FF est sorti quoi... y a quand même des priorités). "

Quels livres ?
La collection Librio est plus qu'abordable et touche à de nombreux styles de la littérature. La collection Livre de Poche contient beaucoup de Classiques à des prix tout aussi abordables, et parfois ce sont des pavés qu'on trouve pour pas très cher (Les Trois Mousquetaires, Le Rouge et le noir, La Chartreuse de Parme... les Zolas).
Après, y'a les boutiques qui vendent des livres usagers.

Dans l'ensemble, un livre de poche neuf coûte 6 euros ou moins, c'est pas la fin du monde, suffit de pas aller voir le dernier film américain à effets spéciaux au cinéma, ou de sauter sur le dernier manga. Concernant toujours le prix, Star Wars ça dure 2 heures pour 8 euros la place (et 30 le DVD à sa sortie), un livre te tiendra bien plus longtemps.
Sinon, le théâtre coûte pas beaucoup plus cher que le cinéma, ça dépend où on va, en tout cas ça coûte largement moins cher que le dernier spectacle à Bigard.

Comme d'autres l'ont fait remarquer, les bibliothèques sont gratuites quand on habite la ville, elles possèdent en musique et cinéma de vraies oeuvres culturelles, et le prêt inter-bibliothèque est là pour combler leurs manques.

Après, chacun fait ce qu'il veut de sa vie et de son argent, mais qu'on dise pas que ça coûte cher quand on engloutit des fortunes dans le divertissement.


Le vrai problème avec la culture, du moins celui que j'ai connu, c'est qu'on a besoin de repères ou d'un guide. Si on achète à l'aveugle et qu'on prend Voyage au bout de la Nuit de Céline, le dépucelage risque d'être assez traumatisant.
C'est une discipline, il faut s'initier doucement, puis entretenir le goût qu'on y prend.

EDIT

J'avais pas vu que le sujet datait de 2006 ^^'

---
Edité par Lord of the Sephiroth
Cigaro

02.02.2008 @ 14:45

Citer
Le prix de la culture


Bonjour à tous!

Je viens de m'inscrire sur le forum, car j'ai éprouvé l'envie de participer a ce débat, intéressant et vital sur certains points d'un point de vue idéologique et politique.

Le prix de la culture?

Il est clair que, sachant que la culture est ce qui définit la civilisation et en meme temps une civilisation, il semble normal que toutes les sources de cultures (les arts, les festivals...) demeurent accessibles à tous, puisque la société ne peut se permettre (d'un pooint de vue éthique et dans son propre interet) de laisser des gens dans l'inculture. Pourquoi? Eh bien parceque si la culture disparait, la nature reprend le dessus et comme on peut le voir au Kenya en ce moment, quand le naturel revient au galop, mieux vaut avoir une plus grosse machette que son voisin...
Mais alors pourquoi la culture aujourd'hui en France semble si proche de rentrer au patrimoine de l'UNESCO en tant qu'espèce disparue?
Simplissime: on mesure le degré d'integrité de quelqu'un non à son savoir (et par extension sa sagesse) mais à son fric. Tout est pretexte à commerce, tout se vend et tout s'achète.
Doit on pour autant proner la gratuité totale de la culture? Question éminement interessante qui en appelle une autre, voire deux: L'artiste doit il vivre de son art? Est il légitime de parler de propriété intelectuelle?

Une oeuvre a un auteur, certes. Mais publiée, c'est à dire rendue publique, c'est à dire donnée au public, l'artiste peut il encore revendiquer la paternité de son oeuvre?
Après tout une oeuvre qui reste dans son placard n'a aucun interet, une oeuvre s'adresse à un public et n'existe pas sans celui ci. Le pubic est donc tout autant acteur de la création (au sens de production) de l'oeuvre que l'auteur.
Evidement dans un monde parfait, l'artiste ne réclamerait rien, il serait simplement heureux de voir son oeuvre appréciée et incluse dans la société. Mais on n'est pas au pays de Candy^^. Comme dit plus haut, tout se vend, tout s'achète...D'où la création d'entreprises de publication, de galeries d'art, de cinéma...Or, l'oligarchie n'étant pas du gout de tout le monde, les Droits de l'Homme en cheval de bataille, les différents états ont su trouver quoi faire pour transmettre la culture et ne pas la reserver aux bourgeois d'antan et aux bobos d'aujourd'hui.

L'école est un lieu de transmission de la culture. L'éducation canalise les idées et permet à l'homme d'adopter un certain poin de vue sur la vie, pour retrouver des valeurs communes (se voulant universelles) pour vivre dans une société plus ou moins en harmonie entre institutions et population. Lécole, les musées, les bibliothèques, sont autant de gardiens de la culture, malheureusement desertés ou sous estimés.
Pourquoi donc?
Je pense que la société de consommation est la seule responsable de ce cataclysme. Les médias (télé en tete), font office de divertissement, nécessaire à l'hommemais néanmoins pauvre en culture (Questions pour un Champion est l'émission anti-culturelle par excellence). Le problème est que la nature ludique du divertissement (pléonasme), est beaucoup plus efficace et fédératrice que toutes les Mona Lisa du monde, lorsqu'il s'agit de parler aux masses ou de faire oublier à l'homme que s'épanouir, c'est retrouver son essence, soit être, et non consommer, soit avoir.
En fait, je pense que la bataille entre société de consommation et culture peut etre vue comme la guerre des auxilliaires, être et avoir, comme autant de Ragnarok, annonçant le crépuscule de l'essence au profit de l'aube de l'existence...

Mais alors comment nous, pauvre citoyens convaincus des bienfaits de la culture, pouvons la réhabiliter?
Personnellement, j'estime que c'est impossible (je suis relativiste), néanmoins je pense à certaines pratiques, malheureusement illégalles dans notre pays, qui permettent de dire "Fuck" à l'industrie "artistique".
Genre voler un livre à la Fnac, télécharger Pirates des Caraïbes, imprimer soi meme son exemplaire de la Joconde (oui ok ça ça craint un peu^^)...
Mais acheter les classiques de la littérature, payer sa place pour le dernier Sean Penn, profiter des journées du patrimoines pour visiter les musés...
Ceci est je pense un moyen à l'échelle humaine de contrer l'hégémonie monétaire, le meilleur restant encore evidemment de CREER soi meme, construire une culture personnelle en marge de ce que les médias nous en montre et la partager avec les interéssés.



J'ai dû oublier des trucs, mais dites moi ce que vous en pensez^^

Cigaro

Répondre à ce sujet | Pages : 1 2


Forum FFWorld! version 3.0 - A propos